09/2014 #2 : Fashion Week, le culte de la Mode

by / 23/09/2014 EDITO No Comments
All Rights Reserved MSW / JPG press office

Post By RelatedRelated Post

°_*  Ira de Puiff & Indigo  *_°


À peine étions nous sortis de la Fashion Week Homme, qu’on enchaînait déjà la Semaine Haute Couture. Deux mois plus tard, c’est au tour du Prêt-à-Porter, qui par certains aspects est encore plus couru par la presse mondiale et tous les professionnels du secteur. La Haute Couture est en quelque sorte une vitrine, alors que le Prêt-à-Porter est le vrai nerf de la guerre business de la mode.

Après New York, Londres, Milan… c’est au tour de Paris d’ouvrir aujourd’hui ses portes pour le tour des podiums. La Fashion Week parisienne est un culte dont la Bible est le calendrier des défilés (officiels et off) qu’il faut suivre à la lettre.

Durant un court instant, on oublie tout le reste, on se laisse emporter par ce tourbillon de défilés, d’interviews en backstage, de fashion-happenings… et de belles rencontres, tout simplement. Pendant quelques jours, le monde fermé de la mode nous entre-ouvre ses portes. Le monde de la mode… ce microcosme éternel et éphémère à la fois, qui peut nous accueillir à bras ouverts pour ensuite nous rejeter sans pitié, continu malgré tout à attirer, fasciner et faire rêver.

Ce sont des mois de travail pour quelques minutes de féérie perchés sur un podium. Quelques minutes de gloire pour certains, et d’oubli pour les autres.

Lors de cet event immanquable couru par toute la Planète Mode, on compte bien entendu différentes catégories.

Les people, qui sont conviés à tous les défilés et qui peuvent se permettre le luxe de choisir parmi les dizaines de cartons d’invitation. Les stars, qui passent portes et cordons d’entrée en faisant résonner leurs pas et leurs talons aiguilles sur les dalles de marbre, les tapis rouges des palaces parisiens et tous les lieux de prestige où se déroulent les fashion shows, sans un regard en arrière ni même le besoin de présenter un quelconque carton.

Il y a les pros des médias, qui sont placés selon la renommée et l’importance de leur supports et souvent courtisés par le biais de petits cadeaux, les incitant à écrire quelques lignes. Les rédactrices des grands magazines et les blogueuses confirmées partagent cuisse à cuisse, pour une fois, le même terrain, sans se cracher dessus. Les secondes tentant sans cesse de ressembler aux premières. Même dans leur manière de s’affamer, sûrement pour réussir à tenir à quarante sur un même banc. De préférence, celui du front row.

Il y a les fashionistas aux looks improbables, qui se parent de tenues aux couleurs vives, fréquemment d’un goût plus que douteux, pour attirer l’œil de la foule et se faire passer pour des vedettes dans l’espoir d’être mitraillés par les photographes en chasse de buzz sur le net.

Il y a les vigiles – ces hommes baraqués en costume cravate, qui vous filtrent, vous épient, pour enfin décider si vous êtes (ou non) de la fête.

Il y a ceux qui viennent sans être invités, et qui attendent pendant des heures, dans l’espoir d’une faille qui leur permettrait de se glisser à travers les mailles des filets et d’assister aux shows. Dans cette catégorie il y a deux sous-catégories : ceux qui y parviennent et ceux qui restent à se geler ou à transpirer à grosses goutes à l’extérieur, selon la saison.

Il y a les photographes, prêts à prendre leurs clichés. Les vieux pros qui rouspètent que les jeunes amateurs prennent leur place sur les podiums photo, les empêchant de travailler.

Il y a aussi les attachés de presse et les pros de l’événementiel qui veillent à ce que l’ordre établi soit respecté et qui vous déplacent gentiment au cas où vous vous trompez de rang et / ou de siège. Ils filtrent également les accès en coulisses et jouent parfois les gardes du corps des créateurs.

Il y a les mannequins – ces filles maigrichonnes que l’on a du mal à remarquer à l’entrée mais que tout le monde reconnaît à la sortie, qui cachent leur acné sous une couche de fond de teint et leurs formes longilignes sous des vêtements sublimes.

Enfin, il y a les créateurs (navrés de cette ordre) que l’on ne voit qu’à la fin des Fashion shows, ces héros discrets, qui n’aiment pas se montrer et ne restent que très rarement plus de quelques secondes sur le podium. Ils ont très souvent l’air exténués, pris en otage, submergés par une masse de micros, flashes, cameras, et qui s’obligent à sourire, à donner de la tête de tous côtés en accordant des interviews dans les coulisses. C’est la rançon de la gloire après un immense travail. Néanmoins, pour les plus chanceux d’entre eux.

Et il y a tous les autres, quelque part dans cet océan qu’on appelle Fashion week, emportés par ces vagues, aveuglés par les paillettes, déchirés entre le désir de s’y noyer et l’envie de rester vivants…

Quant à nous, on compte bien découvrir quelques nouveaux talents, suivre les autres et les tendances dont on ne manquera pas de vous parler… On emboitera de près le pas de notre invitée d’honneur (notre BORN IN designer), Corrie Nielsen, pendant ses aventures parisiennes, ainsi que d’autres créateurs que vous découvrirez sur nos pages. On fera un tour au « Designers’ Apartment », nous nous arrêterons d’avantage sur ce qui sera le dernier défilé prêt-à-porter de Jean Paul Gaultier, qui a décidé d’arrêter sa ligne PAP et accessoires pour se consacrer à la Haute Couture… Bien entendu, nous n’oublierons pas le récapitulatif des moments forts et des nouvelles tendances de cette Fashion Week !

Restez donc avec nous pour partager ces moments, suivez-nous sur Twitter, Instagram et likez notre page Facebook « BORN IN Fashion » si, bien évidement, elle répond à vos goûts et attentes. Alors bonne semaine de la mode à tous !

Et que la Mode soit avec vous !

Paris Fashion Weeks - Ira de Puiff & Frédérique Bel - Jean-Claude Jitrois - Manish Arora - Nabila - Allude - Alexandra Golovanoff - Viktor & Rolf - Ira de Puiff & Paul Smith - ©MSW

Paris Fashion Weeks : Ira de Puiff & Frédérique Bel – Jean-Claude Jitrois – Manish Arora – Nabila at JPG fashion show – Allude – Alexandra Golovanoff – Viktor&Rolf – Ira de Puiff & Paul Smith – ©MSW


Share Button

Leave a Comment