BACKSTAGE STORIES #2 : Corrie Nielsen

Corrie Nielsen - "The Single Girl" - Backstage SS15 - ©MSW

Post By RelatedRelated Post

°_*  Ira de Puiff & Indigo  *_°


Huit heures du matin, rue Jean-Jacques Rousseau, 1er arrondissement de Paris, Salon du Louvre : une ruche s’agite déjà en coulisses. Nous sommes mardi 23 septembre, jour d’ouverture de la Fashion Week parisienne Prêt-à-Porter. Le défilé est prévu pour midi, il n’y a pas de temps à perdre. Le chronomètre est en route, le stresse est refoulé et la fatigue – oubliée. Tout le monde connait son job et chacun sait ce qu’il a à faire. Les mannequins sont là et passent au maquillage et au coiffage tout en restant les yeux fixés sur l’écran en cristaux liquide de leurs smartphones pour faire passer le temps. Les habilleuses sont elles aussi sur le pied de guerre pour passer à l’action. Les modèles se prêtent docilement à tout ce jeu de relooking. La métamorphose est éblouissante. Le backstage est bientôt envahi par le crépitement des flashes, les leds des caméras, les micros tenus à bout de bras pas des journalistes à la recherche d’un mot, un avis auprès de ces belles filles à présent parées qui défileront dans quelques instants. Les photographes essaient de capter ces moments inédits tout en se faisant tout petits (enfin, certains d’entre-eux seulement !) pour ne pas trop déranger ceux qui se préparent.

Quand à la créatrice de mode Corrie Nielsen, venue de Londres pour présenter à Paris sa nouvelle collection Prêt-à-Porter Printemps-été 2015, on ne peut que l’entrevoir. Entre les interviews TV et l’habillage, entre la presse et les mannequins, elle est multitâche, elle est insaisissable, pétillante.

Le compte à rebours est lancé, le show va bientôt commencer. Les mannequins sont coiffés, maquillés, habillés, mais il reste toujours un petit détail à régler : un fil qui dépasse, une mèche rebelle qui n’en fait qu’à sa tête, un sourcil pas assez appuyé… bref, l’équipe reste en alerte jusqu’au moment fatidique : la montée des escaliers puis l’allée du podium. Les attachés de presse, Alexandre et Romain veillent au grain afin d’éviter tout débordement, autant en coulisses que dans la salle où journalistes, acheteurs, VIP se pressent déjà.

Pour son défilé « The Single Girl », Corrie a choisi une ambiance très sixties avec des chignons hauts à la Sheila qui faisaient la mode à l’époque, l’œil de biche aux longs cils et un rouge à lèvres léger, presque transparent. Le coiffeur de la maison Windle & Moodie, un des salons de coiffure les plus réputés en Grande Bretagne, qui compte parmi sa clientèle de nombreuses stars, est là, armé de sa bombe à « hair spray » prête à servir.

« Nous avons déjà travaillé ensemble trois fois, et il y a une très belle relation qui s’est établie. Les gars de ce salon sont très cools et ils comprennent toujours bien ce qu’il me faut. » commente Corrie.

Idem pour le make-up artist new-yorkais de chez MAC Cosmetics, Romero, avec qui Corrie a déjà collaboré plusieurs fois.

« L’important pour le travail, est de créer une « famille » qui comprend ta démarche et à qui tu peux faire confiance. » souligne la créatrice.

Depuis des heures, les coulisses du défilé, qui lui est imminent, ont des allures de fourmilière mais Corrie est plutôt relaxe et heureuse : « Cette fois-ci, nous avons mieux organisé la chose, nous pourrons donc commencer à l’heure ! » se félicite-elle. La Musique retentit, les spectateurs s’impatientent déjà, les lumières jaillissent et les mannequins font leur entrée sur le podium…

Corrie Nielsen – «The Single Girl» – Backstage SS15 – ©MSW


Share Button

Leave a Comment