CHRISTOPHER LAVENAIR : Mod’Art

Borninfashion - Christopher LAVENAIR : Mod'Art - Christopher Lavenair & Kate Moss Variations - Tous droits réservés

Post By RelatedRelated Post

Par Sasha Masart

CHRISTOPHER LAVENAIR 

Magnifier la Réalité


Alors que Paris a brillé de tous ses feux lors de la dernière Fashion Week en date, celle du prêt-à porter printemps-été 2016 qui a battu son plein sur les dalles marbrées et les tapis rouges des palaces parisiens, aujourd’hui, c’est vers un artiste qui parle aussi de mode, que je me rends ! À l’ombre des arbres du parc de Belleville, l’atelier de Christopher LAVENAIR ouvre ses portes pour m’inviter dans un monde où la couleur règne. Le jeune peintre m’accueille avec un sourire timide et sensible. Il arbore toujours un « pin’s » sur lequel on peut lire « artiste ». Avec humour, il rétorque : « c’est au cas où je ne sais plus qui je suis, mais c’est aussi pour les autres ».

Les murs de l’atelier sont couverts de tableaux. Je me plonge alors dans ses carnets et dossiers ; dans son travail. Il abandonne la maîtrise pour s’adonner à l’ivresse de ses touches colorées. Le monde change sous son pinceau. Il capte la vibration invisible des émotions avec leurs couleurs et contradictions. Son art est bien plus qu’une idée, c’est une magnificence de ce qu’il trouve déjà beau et ce beau est le plus souvent la femme. Porté par ses muses, celles de sa vie ou celles du papier glacé, LAVENAIR leur rend hommage avec une pureté artistique rare de nos jours.


Borninfashion - Christopher LAVENAIR : Mod'Art - Portrait par Laurence DUGAS-FERMON

Borninfashion – Christopher LAVENAIR : Mod’Art – Portrait par Laurence DUGAS-FERMON

Christopher, pour commencer parlez moi de vos débuts. Votre parcours académique et le moment où vous avez réalisé que vous deviendriez un Artiste Peintre.

J’ai commencé à peindre dès l’âge de quatorze ans. J’étais un grand admirateur de Vincent Van Gogh. Parallèlement, j’effectuais mes études académiques orientées vers l’économie. En 1990, après avoir obtenu mon baccalauréat B, mon professeur de dessin m’a conseillé de me diriger vers le monde de l’art. J’ai donc passé mes « A levels » en peinture et histoire de l’art pour me préparer aux grandes écoles de Londres. J’ai étudié au Chelsea College of Art puis au Winbledom College of Art pendant quatre ans (1992-1996). J’ai également appris la photographie avec un appareil argentique. Très rapidement, je me suis installé dans un atelier à Londres et ma première grande exposition s’est tenue dans une galerie à Brixton en 2002.

À quel moment votre touche picturale est devenue cette vibration puissante de couleur et d’émotion? Votre admiration pour Van Gogh joue-t-elle un rôle ? Si oui, quand cela s’est-t-il produit ?

La touche répétée de mon pinceau sur l’image est importante dans ma création. Par ma gestuelle légère, je fais vibrer la couleur. Elle se démarque de la photographie figée. En 2002, après un voyage sur la Côte d’Azur j’ai été marqué par sa lumière. J’ai pris de nombreux clichés pour m’en imprégner et la retranscrire à Londres. Le noir et les teintes sombres ne faisaient pas partie de ma palette. À partir de 2004 ma touche est devenue encore plus libre et mes coups de crayons à la cire plus présents. Je pense moins et me laisse guider par mon émotion. Je déstructure l’image et la couleur explose… Fin 2005, je me suis définitivement installé à Nice. Quant à Van Gogh, j’aime qu’il annonce le fauvisme et l’expressionnisme. La couleur ressemble de plus en plus à nos émotions. Je privilégie l’explosion des teintes à l’espace qui entoure le sujet. La forme se dématérialise. J’aime voir la pâte et le tracé de la peinture.La matière devient plus brute et violente.

Borninfashion - Christopher LAVENAIR : Mod'Art - VOGUE - Tous droits réservés

Christopher LAVENAIR : Mod’Art – VOGUE – Tous droits réservés

Dans votre travail, la femme est omniprésente. Quel en est le message ?

Quand j’étais au lycée, je découpais déjà des photos de femmes dans les magazines de mode pour les coller sur mon agenda. J’étais fasciné par leurs vêtements, leurs poses délicates et harmonieuses. Je collectionnais leurs images. En 1994 au Wimbledon College of Art, je passais mon temps à faire des dessins à partir de modèles féminins. En 2002, j’ai commencé à peindre sur les couvertures et les photos de mannequins publiées dans les magazines de mode tels que Vogue, Forks, Open, Elle, Harper’s Bazar, Numéro… J’adorais aller voir des expositions de grands photographes de la femme comme Guy Bourdin, Horst P. Horst, David Bailey, Mario Testino, Sarah Moon… Je m’entourais de jeunes photographes de mode et regardais attentivement leur travail. Pour moi c’est du grand art et, mon sujet principal. J’aime la grâce, la douceur et la sensualité chez la femme. Elle est belle et heureuse de l’être. Souvent, je pense aux artistes comme Dominique Ingres, Henri Matisse, Amedeo Modigliani et Gustav Klimt qui vénéraient la femme. J’aime intensifier par mon coloriage et ma peinture le côté humain et l’expression d’un mannequin. Elle devient réelle et palpable. Je m’attache à faire transparaître sa personnalité sans tenir compte de l’espace qui l’entoure. Beaucoup de mes compositions soulignent son regard. Elle a des yeux et une âme. Elle est pour moi l’origine du monde. L’homme se repère a travers son regard.

Borninfashion - Christopher LAVENAIR : Mod'Art - Time Out & Kate Moss Variations - Tous droits réservés

Borninfashion – Christopher LAVENAIR : Mod’Art – Time Out & Kate Moss Variations – Tous droits réservés

Borninfashion - Christopher LAVENAIR : Mod'Art - Le Modèle aux Yeux Fondants / La Déesse aux Yeux Bleus - Tous droits réservés

Borninfashion – Christopher LAVENAIR : Mod’Art – Le Modèle aux Yeux Fondants / La Déesse aux Yeux Bleus – Tous droits réservés

Cela fait un moment que vous exposez. Souhaiteriez-vous partager ces meilleurs moments ?

Oui, en effet, j’en suis déjà à ma trente-sixième exposition. Je pense qu’il est important pour l’artiste d’aimer l’endroit dans lequel il expose. Une de mes plus belles expériences fut l’exposition « l’Appart », rue d’Orléans, à Paris en 2005 car je devais accrocher dans un espace vaste et très particulier avec une lumière diffuse et dans un court délai. Je posais et installais mes oeuvres. L’espace vivait en lui-même et je devais y trouver un ordre. J’ai aussi adoré exposer en 2005 à l’espace Lhomond, Paris 5éme, parrainé par la famille Turpin. L’espace mesurait au moins 200 m2 et j’y ai présenté mon travail de 1993 à 2005. On pouvait découvrir tout mon parcours et la logique de mon art. J’étais assisté par Bénédicte Saxe qui a tenu la galerie Maeght Editions à Los Angeles.

Lors de mon exposition sur la terrasse découverte du « Before » en 2006, rue du Congrès à Nice, aux murs blancs, j’ai pu réaliser que la lumière naturelle du ciel de la Côte d Azur mettait beaucoup plus en valeur mes peintures colorées que dans un intérieur. J’ai été sélectionné par France3, région PACA, pour ma participation au salon d’art contemporain à Cannes en Avril 2010.

Borninfashion - Christopher LAVENAIR : Mod'Art - All Rights Reserved

Borninfashion – Christopher LAVENAIR : Mod’Art – All Rights Reserved

Vous demeurez un véritable londonien dans l’âme, mais vous avez installé votre atelier à Belleville, pourquoi Paris ?

Après mon départ de la Côte d’Azur je voulais me retrouver dans une capitale avec plus de concurrence. Le Sud de la France est un paradis pour la photographie où j’ai réalisé de nombreuses photos aquatiques et de modèles. La période actuelle m’oriente plus vers la peinture. Je juxtapose des toiles abstraites avec du figuratif. Le thème de la femme est toujours d’actualité. Mes couleurs dominantes sont surtout du vert, du turquoise et du jaune. Je travaille sur des images d’une modèle que j’ai photographiée lors de mon séjour récent à la Barbade ainsi que sur du papier argentique de photos aquatiques. Je joue avec les couleurs, le gesso, les coulures, les pastels et le collage du sable des Caraïbes. Je souhaite rencontrer plus d’artistes et je participe au mouvement sur le « Magnifisme » pour un voyage artistique au centre de ses émotions.

Dites nous en plus à propos du Magnifisme.

Oui, je crois beaucoup au magnifisme, mouvement artistique fondé avec Alexandra Mas en 2014. L’art a pour but de glorifier l’émotion. « Je ressens donc je suis ». La création n’est pas cérébrale mais plutôt liée au coeur. D’autres artistes avec la même sensibilité devraient rejoindre le mouvement.

Comme dans le passé, je suis pour la quête du beau et du bonheur dans l’art. J’aime magnifier la réalité. L’artiste doit être en profond lien avec son intuition et ses émotions. Il doit être libre des contraintes sociales et son art sans contrôle. Son travail n’est pas industriel. Il doit se laisser surprendre par la parole de son âme. Il est un enfant innocent face à sa toile. L’art est un mystère…

Borninfashion - Christopher LAVENAIR : Mod'Art - Tous droits réservés

Borninfashion – Christopher LAVENAIR : Mod’Art – Tous droits réservés


Si vous souhaitez en savoir plus  –  Christopher LAVENAIR sur le Web

Site Internet : www.lavenair.fr    Facebook : I Like Lavenair


Share Button