Un peu de Mode dans la Politique

Post By RelatedRelated Post

 

Par – Ira de Puiff –


Encore une file d’attente à Moscou ?!

Cela peut intriguer, surtout qu’il y a déjà plus de 20 ans que l’URSS est tombée. « L’empire rouge » comme aimaient le qualifier les médias occidentaux. À l’époque les queues interminables, le peuple Soviétique en a dégusté pour un oui pour un non, et sous toutes les formes : dehors, à l’intérieur, sous la chaleur, sous la neige, au magasin, au marché, en pleine rue, pour une barquette de beurre, un kilo de bananes, pour une veste en velours, même pour un seau en plastique… C’était un véritable sport national.

Cette époque est pourtant bel et bien révolue, mais alors, que se passe-t-il donc en plein GOUM, la plus grande galerie marchande de Moscou, 23 ans après la chute du communisme ? Aujourd’hui, en Russie, on peut tout se permettre en ayant un peu de moyens… Ou plutôt, beaucoup de moyens. Soit dit en passant, les russes ont toujours été friands des vêtements, surtout de vêtements de marques, ils n’ont pas l’habitude d’économiser pour ce genre de plaisir. Or quand on aime, on ne compte pas ! Cette clientèle qui est restée, durant de longues décennies, cloisonnée derrière le rideau de fer, sans cet accès à la consommation textile occidentale, ces marques dites de « prestige », s’est littéralement déchaînée lorsqu’elle a pu enfin voyager. Les russes ont « balayé » les rayons des boutiques de luxe partout dans le monde car chez eux les mêmes produits coûtent bien plus cher en raison de lois de douane peu avantageuses pour ce genre de marchandises… En tout cas, ils ont été et restent toujours parmi les meilleurs clients en matière de beaux habits et de luxe.

Vladimir Putin T-Shirts for sale - Copyright Reuters / Pavel Golovkin - AP

Vladimir Putin T-Shirts for sale – Copyright Reuters / Pavel Golovkin – AP

Mais revenons à cette file suspecte dans le GOUM, à côté de la Place Rouge, à quelques dizaines de mètres du Kremlin. En la remontant, on découvre que tout ce rassemblement est là pour une histoire de… T-shirt ! Une telle file d’attente pour un T-Shirt ? Et bien, oui. Mais pas n’importe lequel, attention. 15 imprimés différents affichent le président russe Vladimir Poutine (VVP) dans des postures très parlantes : tantôt sur un cheval, avec pour slogan : « Нас не догонят ! » (« On ne nous attrapera pas ! »), tantôt paré d’un uniforme militaire ou encore – le print que les médias américains ont accusé de très mauvais goût – celui représentant VVP vêtu d’une chemise hawaïenne, de lunettes de soleil sur le nez et un cocktail à la main, sous l’inscription « Greetings from Crimea ! » (« Salutations de Crimée !)

Ces T-shirts (ainsi que quelques accessoires) qui font partie de la collection au nom plutôt optimiste « Всё путем » (« Tout Va Bien ») de la marque Anyavanya et vendus au prix de 1200 roubles (26 €) la pièce, partent comme des petits pains. 5000 articles selon les uns, 7000 selon les autres, s’écoulent à la journée. Parmi les gens qui « adorent le concept », un certain nombre de personnalités du show-biz russe mais aussi étranger. Exemple : Monsieur Mickey Rourke, l’acteur hollywoodien qui nous a fait tant fantasmer dans « 9 semaines et demie » et qui achète – ce qui est rare pour les VIP tant habitués aux cadeaux – plusieurs T-shirts à la fois ! Il n’hésite pas à enfiler l’un d’eux sur le champ, devant de nombreuses caméras… en précisant qu’il n’a pas été payé pour ça. Ni par la marque, ni par Poutine, ni par qui que ce soit. Alors, pourquoi ? Ne voudrait-il pas juste faire parler de lui et booster un peu son image ? Mickey Rourke, personellement, n’en fait pas une salade de cette affaire. Il fréquente une fille russe, il l’aime, point ! « Son père est quelqu’un de gentil, explique l’acteur, sa mère est formidable, et sa babushka est fantastique. Pour moi c’est une affaire de famille, je m’en fiche de la politique. » À noter tout de même : Mickey s’habille du T-shirt « Poutine » pour passer à l’antenne. Comme quoi, le vêtement n’est jamais anodin.

Mickey Rourke -- Putin T-Shirt -- Copyright Kiril Kudryavsev/AFP/Getty Images

Mickey Rourke – Putin T-Shirt – Copyright Kiril Kudryavsev/AFP/Getty Images

Certains adeptes expliquent leur choix comme un simple phénomène de mode, tel le rappeur russe Djigan qui dit tout simplement : « Il faut arrêter de trop réfléchir : ce n’est qu’un T-Shirt, c’est juste de la mode. Notre président, ajoute-t-il, a du style, et pourquoi ne pas porter son portrait sur nous avec humour ? »

T-Shrit Che Guevara

T-Shrit Che Guevara

Il n’y a rien de nouveau dans tout cela. Les personnalités politiques et les figures de la résistance se transforment souvent en symboles, en icônes, en phénomènes de mode malgré eux. Tel a été le cas de Che Guevara. La fameuse photo du héros de la révolution cubaine prise par Alberto Korda (qui, soit dit en passant, n’a pas touché un centime pour ses droits d’auteur) s’est vue appropriée par un éditeur italien Giangiacomo Feltrinelli. On connaît la suite. L’artiste Jim Fitzpatrick en a fait son adaptation graphique, Warhol s’est basé dessus pour créer son montage d’images colorées, et le symbole de la résistance s’est vu transformé en une icône de la pop-culture privé de sa valeur initiale. Si le Che était encore en vie, on serait curieux d’avoir son avis dessus… Pas sûr que l’intéressé principal aurait apprécié cela, quoi queDevenir l’objet de la mode populaire, descendre dans la rue de cette façon plutôt inattendue, enfin, accéder à une certaine immortalité – pourquoi pas ?

En revenant aux T-shirts « Poutine » et le buzz qu’ils ont engendré, n’est-ce pas là le signe de quelque chose qui sortirait la mode de sa zone de confort ? Ne retrouverait-on pas une tendance mode un peu kitch, drôle et amusante, ou alors un message politique ? « Pure fun » ou la réponse à la propagande ? Signe de la résistance et du patriotisme des Russes face à la réprobation générale actuelle ? Ou tout simplement un peu d’humour dans l’eau froide de la guerre dans laquelle on essaie d’entraîner leur pays ? Chacun y va selon ses convictions. Surtout aujourd’hui alors que la planète s’enflamme, que les coups d’état se multiplient et que les gens ne cessent de tomber sous les bombes. Ces guerres que l’on croyait reléguées au passé, à l’image des files d’attente en Union Soviétique, ne peuvent laisser indifférent qui que ce soit. La mode aurait-elle aussi son mot à dire pour calmer la folie militaire, pourrait-elle adoucir la psychose ambiante ?

Une chose est sûre : la mode ne peut pas fermer les yeux sur ce qui se passe. Elle réagit, elle riposte, elle est aussi capable de mettre en exergue l’image de notre société. L’image que nous nous renvoyons à nous-mêmes…


Share Button